• Page Facebook

  • Catégories

  • Archives

Journée de la femme

Hier, on était le 8 mars 2010.

Journée de la femme

Et puis par curiosité j’ai regardé la première page que consacrait « 20 minutes » à la journée de la femme.

Oui. Aujourd’hui « la femme domine », c’est bien connu. Mais attention, pas grâce à son intelligence, son esprit d’entreprise… Elle est reconnue, parce que depuis la préhistoire elle n’a pas changé  d’intérêts :

les enfants, la santé, la sécurité.

Il s’agit avant tout de testostérone pour les grands cerveaux du XXIème siècle.

Ce n’est pas que je m’attendais à grand chose -surtout dans 20 minutes. Mais c’est un peu déprimant de lire ça en l’honneur de la crise et de la femme à 7h30.

Previous Post
Leave a comment

9 Comments

  1. Mélanie

     /  9 mars 2010

    Quelle horreur cet article!
    Bonjour les clichés, c’est quoi cette vieille alternative entre valeurs soit disant féminines ou masculines.

  2. Amélie

     /  9 mars 2010

    Déjà, l’utilité de cette journée est anéantie par le fait qu’il existe une JOURNEE DE LA FEMME au même titre qu’il existe une JOURNEE MONDIALE DES TOILETTES. True story. Et puis, l’article pose la femme avant tout comme un objet social, dont on détermine la valeur uniquement en comparant des paramètres pratiques, c’est dénué de toute poésie, trouve-je huhu =)

  3. Jane

     /  9 mars 2010

    waouh,genial!
    tu aurais du nous mettre hatingoi en journée de la femme!

  4. maudida

     /  10 mars 2010

    Amélie : C’est sûr que la journée des toilettes et la journée de la femme mis au même plan… Plutôt que de supprimer cette journée de la femme, peut-être faudrait-il la reconsidérer sur le même plan que celles contre l’esclavage, pour le droit des enfants… A chaque fois ça suscite des débats moraux qui nous font oublier l’essentiel : c’est les droits de la femme, encore mis à mal, pour lesquels il faut « lutter ». Une journée symbolique (poétique ou pas)pour s’en rappeler ne me paraît pas de trop ! : )

    Jane : je nous la réserve pour d’autres mésaventures…

  5. lulu

     /  10 mars 2010

    haha la journée de la femme c’est mignon, c’est comme la fète des mères etc… si il y a une journée de la femme par an ça veut dire que les 364 jours restants sont pour… Du coup qu’attendre de plus…

  6. Bourquelot

     /  10 mars 2010

    Lalala ! :) :) :)

  7. bonne journée pour démarrer ton blog …
    j’ai lu article dans libé qui résumait bien toutes les écoles de pensée du fémininisme.
    moi j’aime bien marcela Iacub, et sa défense des pères et ses expériences de « packing » vécues comme de véritables Ascensions.
    je crois que le « genre » est une construction culturelle , tout comme l’alimentation. Deux pulsions que l’on croyait « naturelles ».

  8. Fafou

     /  12 mars 2010

    Trop fort le passage sur Obama qui « incarne des valeurs féminines » …

  9. Fafou

     /  16 mars 2010

    Finalement y’a pas que des cons qui écrivent des articles, lu sur libé.fr, les femmes sont historiquement aussi criminelles que les hommes :

    http://sexes.blogs.liberation.fr/agnes_giard/2010/03/se-faire-violer-par-une-femme-cest-possible.html

    « Il est difficile de comprendre ces crimes, surtout si l’on continue à défendre l’idée que la femme est “naturellement” (« génétiquement », « biologiquement ») douce et maternelle. Dans les sociétés qui perpétuent le mythe de la “mère aimante et de la maîtresse docile”, les violeuses peuvent agir presque en toute impunité, protégée par l’image d’Epinal de la Vierge Marie. »

    « Dans Femmes Fatales, Michèle Agrapart-Delmas remet donc les pendules à l’heure en s’appuyant sur des archives judiciaires parfois très anciennes, pour remonter aux origines de la criminalité féminine. Il semble bien que les violeuses sadiques existent depuis toujours, et que leur existence ne relève pas du “cas d’exception” mais au contraire de la triste et abominable banalité.  »

    “Historiquement les femmes ont bénéficié d’indulgence en raison de leur supposée «émotivité et de leur affectivité» et donc de mansuétude lors des procès du fait de ces soi-disant faiblesses intrinsèques. La perception de la femme en tant que mère protectrice, consolatrice et bienveillante, qui protège et aime, fausse donc parfois, ou a faussé, le regard social.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>