• Page Facebook

  • Catégories

  • Archives

Quelle France voulons-nous ?

Quand j’étais petite, comme mes parents étaient de gauche, je pensais que tout le monde était de gauche. Puis, j’ai vu qu’évidemment c’était plus compliqué que « les méchants sont à droite et les gentils sont à gauche ».

Mais quand même, le « nous sommes tous égaux » est resté bien ancré, et malgré Sarkozy et sa politique anti immigration, malgré le deuxième tour Le Pen- Chirac de 2002, je ne me disais pas qu’une grande partie de la population française pouvait désirer la concrétisation des idées telles que celles de Marine Le Pen. Quand je vois aux informations sur internet que les gens n’assimilent plus le Front National à l’extrême droite, j’ai peur de comprendre.

Surtout j’ai très peur, que la droite vire encore plus à droite qu’elle ne l’est déjà pour renforcer son électorat, qu’entre Front de gauche, Front populaire, Front national et la masse d’informations journalistiques les gens s’y perdent. Quand je vois que les écologistes s’affirment en Allemagne, j’ai très envie de voter Europe Ecologie. En même temps, si on me faisait voter maintenant, je voterais au socialiste qui aurait le plus de chance de battre la droite, mais ce serait avec regrets.

Cette année en Italie, j’ai pu me rendre concrètement compte de ce que c’est qu’un état de type Berlusconien, et les effets que ça a : je vous assure que le système de santé est une catastrophe (j’en parlerai dans une prochaine note) dans la mesure ou les remboursements sont quasi nuls. La xénophobie et homophobie sont beaucoup plus audibles, vous connaissez déjà la situation des informations télévisuelles… Je me demande si les électeurs du Front National ou de l’UMP, qui bénéficient de tous nos acquis sociaux se rendent compte de tout ce qu’on risque de perdre. Je suis terriblement scandalisée de l’immoralité du gouvernement qui appelle à voter blanc contre le Front National, après s’être déclarés les grands vainqueurs de la chute du parti d’extrême droite.

C’est très étrange de voir les italiens souffrir en permanence de leur politique, avoir toujours honte sous le regard des erasmus de Bologne. Plus les élections approchent, plus je me dis qu’on a bien de quoi baisser les yeux nous aussi…

Previous Post
Leave a comment

2 Comments

  1. Eric

     /  30 mars 2011

    Comment ça « mes parents étaient de gauche » ?
    Cet emploi de l’imparfait est une ignominie pour au moins 50% d’entre eux.
    Au diable la concordance des temps !!!

    Et ce n’est pas nouveau que la droite dite démocrate aille sur les terres de l’extrême.
    En juin 1991, celui qu’on prend aujourd’hui pour un modéré malgré les procès en cours, celui qui a toujours refusé une entrevue de négociation avec Jean-Maire Le Pen, celui qui a dit non à la guerre en Irak, a quand même, en son temps, été aussi celui « du bruit et des odeurs ».
    Pour celles et deux qui l’auraient oublié ou jamais entendu :
    http://www.youtube.com/watch?v=UEKnbPE_fg0

  2. Lisa

     /  30 mars 2011

    Clap, clap ! (bruit des applaudissements)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>