• Page Facebook

  • Catégories

  • Archives

Histoire de traîtres

JUDAS_AmosOz

« L’histoire se déroule en hiver, entre fin 1959 et début 1960. On y parle d’une erreur, de désir, d’un amour malheureux et d’une question théologique inexpliquée. » Ainsi débute Judas, le nouveau roman d’Amos Oz, qui se déroule à Jérusalem, ce qui n’est jamais un simple détail. »

Retrouvez la suite de la critique de Nobert Czarny sur Judas, de Amos Oz .

 

Une illustration publiée dans la revue En attendant Nadeau et relayée sur Mediapart !

Dans les jardins de Londres

Promenade_parcs_londres

 

On rêve et on lit à l’ombre des arbres.

 

arbre_crayonne

 

lire_parc_londres

Dans le métro

Une lectrice qui n’a pas mal au bras…

Envoyee speciale

… et un jeune homme que j’avais agacé.

Maud_2

Ginger sisters

Ginger_sisters

Aquarelles

La vie en cinquante minutes

Je prête pour la première fois mes pinceaux au journal de littérature, d’idées et des arts « En attendant Nadeau ». Pour le numéro d’été, une illustration de l’article critique « Des mots sur un divan » de Jeanne Bacharach du roman « La Vie en cinquante minutes » de Benny Barbash, auteur israélien.

 

Des mots sur un divan

Solitude du divan

solitude du divan

Encre de chine

Surplombez la ville, perdez-vous dans les herbes hautes

Je cherche l'Italie

 

« Ce sont les lucioles. Les mêmes qui dansaient à Jérusalem autour de la Croix, l’après-midi où mourut le Christ, et qu’il fit nuit si soudain ; les mêmes petites lumières qu’il y a chez Dante, et qui accompagnent le poème vers une plus grande lumière, celle qui habite à la fois Béatrice et la Vierge, cette lumière des étoiles qui se meut sous le nom d’amour , ces mêmes lucioles, mille fois éteintes, disparues, puis ressuscitées (…) ces lucioles, toujours vivantes malgré l’aveuglement humain, que j’ai vues à Rome, une nuit d’été en 2009, dans les jardins de la Villa Médicis, et qui volettent sur ces pages comme un dôme, une treille, un sourire, une espérance légère.  »

 Yannick Haenel, Je cherche l’Italie

Vivent les mariés

Pour continuer dans une atmosphère festive et dans les couples de choc, voici un dessin préparatoire destiné à un faire part de mariage il y a quelques années :

 

Vivent les mariés

N’étaient-ils pas glamour à souhait ?

 

 

Bienvenue en 2016

Je vous souhaite une excellente année 2016, en espérant que les émotions fortes de 2015 laissent place à une énergie créative sans pareille.

 

bonneannee2016

Les petits noeuds

Pour Noël, découvrez Les petits noeuds, une histoire rédigée et illustrée d’après un conte de Grimm. 

Il y a de cela très longtemps, dans un vieux château, un groupe de couturières était devenu célèbre pour leur talent et leur beauté. De temps en temps, elles n’avaient pas la tête au travail…

 

Les petits noeuds Grimm

La plus belle de toutes avait eu la chance d’être invitée par le Prince à la fête que son père, le Roi, donnait chaque printemps. La couturière souhaitait inventer la robe la plus belle, la plus raffinée, la plus originale qui soit pour l’occasion. Elle craignait que le Prince ne tombe pas amoureux d’elle s’il remarquait le plus petit défaut.

 

Le temps passait, et la jeune fille perdait patience ! Elle avait mille idées différentes pour la couture de sa robe, mélangeait mille couleurs, ajoutait mille tissus différents. Au moment de filer la laine cependant, de petits nœuds se formaient et frustrée, elle les jetait par terre.

Les petits noeuds Grimm

Elle ne voyait pas que son amie ramassait les nœuds et les dénouait avec une infinie patience

Les petits noeuds Grimm

Le soir du bal, toutes les jeunes filles du pays étaient prêtes. La pauvre couturière en revanche, n’avait pour toute robe que des kilos de nœuds. « Eh bien ! Je n’irai pas, voilà ! » disait-elle, en pleurant amèrement.

 

Les petits noeuds Grimm

Elle entendit frapper à la porte, et quelle ne fut pas sa surprise quand elle vit son amie qui lui apportait la robe la plus belle, la plus riche et la plus sophistiquée qu’on n’ait jamais vue ! Elle l’avait fabriqué avec la laine jetée à terre par la couturière. « Mon amie, voyez -vous, il faut se garder de sous-estimer la richesse de certains nœuds.  Ils ne nous rendent pas parfaites, mais ils font partie de nous : il faut les porter avec fierté ! »

Les petits noeuds Grimm

 

La jeune fille embrassa son amie et enfila la splendide robe.

Le Prince, ce soir-là, tomba éperdument amoureux de la couturière et l’épousa.

 

Les petits noeuds Grimm

Fin